Le second livre de Kardan est en ligne

02-couverture-les-clefs-du-succes-en-publicite-et-vente-par-correspondance« Les clefs du succès en publicité et vente par correspondance » fait suite à : « Pour vous, cent situations indépendantes ».

Fiche détaillée du livre

Publié dans Kardan par Dimitri Lekien. Aucun Commentaire

Les clefs du succès en publicité et vente par correspondance

02-couverture-les-clefs-du-succes-en-publicite-et-vente-par-correspondance1940. Un volume 21 x 14, 224 pages illustré.

« Le précédent volume, le numéro 1 de la série, valut à son auteur une avalanche de demandes de renseignements et d’encouragements à poursuivre.

A tous les points d’interrogation que peuvent se poser ceux qui désirent connaître les choses dans leurs moindres recoins, l’auteur répond pleinement, dans un style familier, direct incisif.

Il est intervenu et intervient encore dans tellement d’affaires de genres différents et d’importances variables, nue sans forfanterie, il peut dans chaque cas indiquer la solution des difficultés qu’il connaît parfaitement pour les avoir surmontées.

Il joue avec le sourire le rôle de « the man who always knows what to do », l’homme qui sait toujours ce qu’il faut faire, de la publicité et la vente par correspondance. »

Version intégrale de ce livre disponible en téléchargement.
3ème édition (1946)

Début du livre:

Deux mots en manière de préface :

Cet ouvrage fait suite à : « Pour vous, cent situations indépendantes ».

Il a été composé dans le même esprit qui peut s’exprimer en trois points :

1° Contrairement aux érudits qui décrivent minutieusement les mœurs mystérieuses d’un Thibet ou autre contrée lointaine où ils n’ont jamais mis les pieds, l’auteur ne parle que de choses qui lui sont familières et parmi lesquelles il vit depuis de longues années. Les principes et procédés qu’il vulgarise, il les a pratiqués et les pratique encore tous les jours. Il les a vus pratiquer par des confrères des deux continents, il les a fait pratiquer par ses élèves et correspondants.

2° Il s’adresse à des néophytes ès sciences publicitaires et par néophytes, il entend non seulement ceux qui n’ont jamais fait de publicité, mais ceux qui en ont déjà tâté au petit bonheur, sans étude ni formation préalables.

3° Il n’envisage que des problèmes pouvant être résolus avec des moyens réduits. Il ne faut donc pas y chercher des renseignements intéressant ce que certains appellent « la grande publicité ». Une chose est d’opérer avec 5 millions devant soi. Une autre chose est de procéder avec 50.000 5.000 ou même 500 francs.

Quand on assure la publication d’un ouvrage tel que : « Cent situations indépendantes », on ne peut manquer d’épier avec curiosité et intérêt les réactions des lecteurs — et lectrices — en face de la chose publicitaire.

Que font-ils lesdits lecteurs ? Que ne font-ils pas ? Que font-ils bien ? Que font-ils mal ? Les observations recueillies comportent d’abord un enseignement personnel pour l’auteur, car dans le domaine de la publicité et de la vente, on a toujours à apprendre. Henry Ford à 65 ans ne disait-il pas : « Je ne suis qu’au début de ma tâche, je n’en suis qu’au commencement. Jusqu’ici j’ai fait bien peu. Quand je circule dans mes bureaux, je vois des défauts partout. Nous faisons de solennelles bêtises. Nous devons construire, améliorer, perfectionner…».

Ensuite, ces observations permettent de faire profiter les lecteurs d’aujourd’hui et de demain des expériences heureuses ou malheureuses des lecteurs d’hier…

Je pense donc intéressant de mettre sous vos yeux le résultat de mes constatations et réflexions. Du fait que vous avez prêté attention à l’un ou l’autre de mes ouvrages, vous n’êtes plus tout à fait un inconnu pour moi. Par les multiples correspondances reçues, je puis très bien vous représenter devant moi comme le lecteur-type — condensé de tous les genres de lecteurs et me permettre de vous parler sur un ton plus familier et plus amical à la fois.

Je souhaite que vous fassiez comme je l’ai fait moi-même — votre profit des considérations qui suivent. En affaires, il est toujours intelligent de tirer parti des expériences des autres. Pourquoi vouloir tout redécouvrir, refaire les mêmes inutiles dépenses, se jeter sur les mêmes écueils ? Chaque essai raté d’autrui est une épave qui signale de dangereux brisants. Chaque équipée menée à bonne fin est un phare qui balise une passe vers les eaux du succès.

Je vous rappelle encore que je ne vise aucunement à faire œuvre de docte pédagogue, je n’envisage que les moyens d’obtenir des résultats pratiques le plus confortablement possible.

Ceci dit, si j’incitais le lecteur-type dont parlé plus haut à consulter ses collègues, puis à me confier ce qui les embarrasse le plus dans leurs efforts vers une vie indépendante, il me remettrait un billet comportant la liste figurée par la table des matières, en me disant : « Aidez-nous à chasser ces bêtes noires ».

Je vais tenter de donner satisfaction à tous.

 

C. A. KARDAN

Je voudrais pouvoir me décider

Voici une catégorie de lecteurs bien malheureux. Ils se sont mis courageusement au courant, ils sont disposés à tous les efforts nécessaires, à ignorer la journée de 8 heures comme à faire donner toutes les ressources de leur portefeuille, mais ils ne savent pas se décider.

Ils ressemblent à ces apprentis nageurs qui après des exercices en chambre, ont passé un maillot tout neuf et se tiennent craintifs au bord de l’eau. Ils élèvent les bras esquissant le geste du plongeur, se penchent… et puis non, décident d’attendre encore un peu. Certains finiront par sauter avec une grande angoisse au cœur. D’autres, il faudra qu’un confrère complaisant et aguerri les pousse à l’eau et leur enlève du même coup leur perplexité. Et enfin, il en restera qui, après avoir longtemps balancé, feront demi-tour et rentreront dans leur cabine avec la sensation d’avoir échappé à une rude épreuve. Ils se rhabilleront et trancheront la question en décidant qu’après tout, ils préfèrent encore ne pas nager.

La théorie du « wait and see », attendre et voir venir, chère à M. Asquith, semble pourtant bien avoir fait faillite. Les succès de cette guerre ont été à ceux qui ont pris l’initiative des opérations.

Méthode paresseuse. Désastreuse aussi, bien souvent. Il faut tenter quelque chose. A défaut, vous vous usez inutilement, vous vous emplissez l’esprit de doutes et de craintes. Croyez-le, vous serez encore moins en état de vous décider dans trois mois qu’aujourd’hui.

Mettez toutes les chances de réussite raisonnable de votre côté et puis agissez. Et même si vous ne rencontrez qu’un demi-succès, vous aurez encore procédé intelligemment. Vous pourrez mieux recommencer.

Attendre ne vous mènera à rien. Certains exigent un grand choix d’opportunités. Et ce choix n’est jamais assez grand. Dans leur esprit, ils pensent qu’il y manque précisément cette affaire qu’ils n’imaginent pas bien clairement, mais qui leur conviendrait si bien…

Ou encore ils aimeraient qu’on leur dise : « Allons, prenez cette affaire, c’est celle-là qu’il vous faut… » Hélas ! L’auteur ne peut prendre décision pour des milliers de personnes.

Ne me demandez pas de vous confier à vous personnellement, l’article particulièrement intéressant — et parfois chimérique — que vous cherchez. Le conseil personnel que vous me demandez, je vous l’ai déjà suggéré et je vous convie encore à en tirer parti. Consultez les revues étrangères. Examinez de près ce qui se fait hors frontières. Vous y trouverez des idées nouvelles, des idées originales, des idées pour demain… Feuilletez les revues anglaises, américaines, allemandes… Certaines sont éditées en français et pour les autres, vous n’avez pas besoin de connaître la langue. La plupart des annonces sont illustrées et vous donnent une idée suffisamment précise de l’article qui est proposé. Pour le reste, un dictionnaire vous tirera de perplexité.

Si vous voulez arriver à quelque chose, il faut bien consentir un effort qui de toute façon augmentera votre culture.

Je vous ai déjà donné dans un précédent ouvrage des titres de revues qui vous intéresseront certainement. En voici d’autres que vous pouvez trouver chez les libraires spécialisés.

Vous achetez si souvent des journaux, des revues, des livres qui ne vous servent à rien d’autre qu’à vous aider à « dépenser le temps », comme disent les Anglais. Pourquoi n’utiliseriez-vous pas cette dépense et ce temps d’une façon plus profitable ?

 

REVUES ANGLAISES  REVUES AMERICAINES
Daily Mail (n° du dimanche).
Daily Express (n° du dim.).
Daily Mirror.
Tit-Bits.
Woman’s Sphere
Woman and Beauty
Wife and Home.
Modern Woman.
Miss Modern.
True Story.
Time Weekly.
Woman and Home.
Daily Sketch.
The Tattler.
Woman’s fair.
The Leader.
Punch.
Sunday Graphic.
Sunday Times.
Sunday Pictorial.
Bystander.
Britannia and Eves.
Nash Magazine.
International Export Review.
New-York Times (n° du dim.)
Cameraman Exporter.
Motion Picture.
Modern Screen.
Picture Play.
Film Play.
Photoplay.
Everywoman.
Screen Book.
Mechanical.
Everybodys.
Life.
Colliers.
Country Home Mag.
American Magazine.
Companion.
Saturday Evening Post.
Country Gentleman.
Liberty.
Good Housekeeping.
Parents.
Redbook.
Time.
New-Yorker.

Dans les revues étrangères, vous trouverez des centaines d’annonces
de ce genre qui pourront vous donner des « idées ».

Et si vous voulez éviter cette peine et ces frais, vous trouverez dans chaque volume suivant, une sélection des offres les plus intéressantes avec leur traduction et leur critique impartiale.

En consultant quelques-unes de ces revues, vous vous trouverez en avance sur l’heure belge ou française, vous aurez des idées neuves en abondance.

N’est-ce pas ce que vous cherchez ?

En Belgique comme en France nous sommes souvent très en retard, nous n’avons pas l’esprit « pratique » au même degré que d’autres nations. Il y a un certain nombre d’années, je rentrais d’un voyage en Amérique et j’étais tout étonné de ne pas voir devant les garages en Belgique les pompes à essence perfectionnées qui existaient partout outre-Atlantique. Il fallut bien attendre encore une bonne année, je crois, avant que les premières pompes du même genre apparaissent timidement en notre pays. Le garagiste qui s’en payait une, passait pour un homme aux idées très avancées, un homme un peu téméraire…

Il en a été de même pour le rasoir électrique qui rase à sec et pour tant d’autres choses.

Puis-je vous remettre en mémoire le conseil du laboureur mourant à ses enfants ? Il semble qu’il ait été écrit pour encourager les prospecteurs d’idées dans les revues étrangères :

Un trésor est caché dedans
Je ne sais pas l’endroit, mais un peu de courage
Vous le fera trouver; vous en viendrez à bout.
Remuez votre champ dès qu’on aura fait l’août,
Creusez, fouillez, bêchez, ne laissez nulle place
Où la main ne passe et repasse.

Pour ceux qui ne veulent pas se donner la peine de chercher, dans une édition précédente, je publiais des adresses de fournisseurs d’articles quelque peu hors série. J’ai renoncé à ce système parce qu’il provoquait trop de demandes de pure curiosité qui portaient tort aux véritables intéressés. On trouvera dans les autres volumes des centaines d’annonces triées, reproduites en entier, qui permettront à chacun de faire un choix éclairé préalablement à toute correspondance.

Après vous avoir donné le moyen de vous procurer un catalogue très étendu d’opportunités, d’idées nouvelles, je vous soumets quelques considérations qui vous aideront à quitter la période velléitaire qui précède tout démarrage.

Je suppose qu’après sérieuses réflexions, vous avez en principe réduit vos préférences à un groupe restreint de situations, groupe restreint mais tout de même de nature à vous laisser encore dans l’embarras du choix. Ce choix comprend les objets de lancement suivants: 1. Produit pour faire disparaître le brillant du nez; 2. Machine à écrire économique; 3. Appareil pneumatique pour activer la pousse des cheveux; 4. Vêtements à propriétés magnétiques contre le rhumatisme; 5. Appareil électrique à épiler…

Vous pouvez réduire vos perplexités de moitié en vous disant que les numéros 3 (appareil pneumatique pour la chevelure) et 4 (vêtement antirhumatismaux) réclameront plus d’efforts de publicité (plus d’argent au démarrage donc), plus de patience et de persévérance aussi pour arriver au succès que les numéros 1, 2 et 5. Pourquoi? Parce que ce dernier groupe est composé d’articles dont l’utilité ou la possibilité de bons résultats à l’utilisation est généralement admise. Vous pourrez donc vous borner à des annonces réduites ne comportant que l’essentiel pour attirer l’attention et amener à demander une documentation gratuite. Il n’y a dans ce cas aucun effort d’éducation du public à exécuter.

Par contre, les numéros 3 et 4 sont des procédés peu connus de la masse, dont une partie n’en admettra même pas à priori le sérieux et l’efficacité. Si vous vous bornez à des annonces simplifiées comme pour les numéros 1, 2 et 5, vous ne pourrez donc atteindre et intéresser que les convaincus. Pour amener les ignorants et les sceptiques à vous adresser une simple demande de renseignements, il faudra que votre annonce soit agrémentée d’une argumentation probante. Cette nécessité augmente évidemment la difficulté du démarrage pour un débutant et lui réclame des moyens financiers plus étendus.

Cela veut-il dire que la catégorie 3 et 4 (articles spécialisés et rares) donnera en fin de compte de moins bons résultats que la catégorie 1-2-5 (articles courants et connus) ? Que non… Je veux simplement souligner qu’il vous faudra plus d’efforts et d’argent pour entreprendre le lancement de l’une que de l’autre. Et cette obligation peut vous intéresser tout spécialement si vous ne disposez que de moyens très réduits.

Acheter en ligne
(29,90 €)

Table des matières

Deux mots en manière de préface 5
Je voudrais pouvoir me décider 8
Quid du capital ? 15
Sceptiques et incompréhensifs 19
Banalité et excès d’originalité… 22
Les bonnes annonces, les passables, les mauvaises. 29
Recette pour une bonne lettre de vente 67
Suite au précédent, dites : “vous” et non : “je” 78
Pour que vos imprimés rapportent, veillez à ce qu’ils ne soient pas « mal fichus » 81
Pour vendre faites appel aux sentiments humains 101
La bonne méthode pour composer des textes publicitaires 108
Surveillez de très près le coût et le rapport de votre publicité 121
L’importante question de la relance. 151
Précisions supplémentaires sur l’insertion des annonces 167
Le renseignement que vous avez demandé 189
Les affaires par correspondance et l’initiative ou le message à Garcia 211
Pour en savoir plus encore… 219

 

Acheter en ligne
(29,90 €)

Publié dans newsletter par Dimitri Lekien. Aucun Commentaire

Vous aussi, vendez des KARDAN sur votre blog

N’aimeriez-vous pas nager littéralement dans les commandes

Bonjour,

  • Vous animez un site ou un blog dans les domaines du copywriting, de la publicité, de la vente ?
  • Vous faites de marketing Internet ?
  • Vous vendez produits en affiliation ?

A partir d’aujourd’hui, vous pouvez, vous aussi promouvoir les livres de Kardan qui sont en cours de numérisation. Le 1er, « Pour vous, cent situations indépendantes et de gros rapport » est déjà disponible à la vente.

Oui, je veux mois aussi, vendre les livres de Kardan

A bientôt
Les éditions KARDAN
Publié dans newsletter par Dimitri Lekien. Aucun Commentaire

Le premier livre de Kardan est en ligne

Pour vous cent situations indépendantes et de gros rapport

Comme annoncé il y a quelques jours, le célèbre livre de Kardan « Pour vous, cent situations indépendantes et de gros rapport » avec son cours de publicité en 12 leçons est en ligne.

http://wp.me/P14gzY-1p

Ce livre résout un problème qui tracasse des milliers de gens. Non de vagues indications, des théories ennuyeuses, voire même saugrenues de distingué économiste vivant en marge de la réalité; non de sages conseils de vieillard revenu de tout et qui pontifie, mais du pratique, de l’immédiatement applicable, de l’appliqué, qui a valu à son auteur en Belgique et en France plusieurs milliers de témoignages de satisfaction enthousiaste. Le terme « plusieurs milliers » n’est pas jeté en l’air, pour faire gros. Il exprime une réalité palpable dont chacun peut se rendre compte en nos bureaux. »

Pour en savoir davantage, cliquez sur http://wp.me/P14gzY-1p

Bonne lecture 😉

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans Kardan par Dimitri Lekien. Aucun Commentaire

Les livres et cours de Kardan bientôt disponibles en ligne

Bonjour,

Mon long silence ne signifie pas pour autant que je sois resté inactif 😆 .

J’ai en effet le plaisir de vous annoncer que j’ai obtenu de l’héritier de Kardan, le droit de diffuser les oeuvres de son père sur Internet.

La numérisation est en cours. Les livres et cours de kardan seront bientôt disponibles sur ce site.

Si vous désirez être informé lors de la mise en ligne, veuillez vous inscrire en cliquant sur le lien ci-dessous.

Oui, je veux savoir quand les livres de kardan seront en ligne !

A très très bientôt

Dimitri

Publié dans Kardan par Dimitri Lekien. Aucun Commentaire

Pour vous, cent situations indépendantes à domicile

Après la mise en place de ce site internet, j’ai enfin terminé ma première lecture.

Je commence donc par le 1er volume de l’initiation Kardan « Cent situations indépendantes à domicile ». C’est tout simplement super!
Je regrette sincèrement de ne découvrir Kardan que seulement maintenant. Je suis persuadé que si je l’avais découvert quand j’avais 18 ans (j’en ai presque 43), ma vie professionnelle aurait été toute autre.

L’objet principal de ce livre est comme on pourra le comprendre avec le titre, de permettre au lecteur de se lancer dans une activité indépendante à domicile. Celle-ci pourrait aussi bien être à temps partiel pour certain que à temps plein pour les plus ambitieux. Au terme de la lecture de ce premier ouvrage de Kardan, les personnes avec un esprit d’entreprise, un certain courage et capables de s’adapter, seront capables de démarrer une activité rentable avec très peu ou quasi aucun investissement financier.

Ce livre est subdivisé en 4 grandes parties.

1) Première partie:

Dans cette première partie, il commence par mettre le lecteur en garde de ce qu’il appelle les « pickpockets ». Il estime en effet, qu’avant d’expliquer comment on peut gagner de l’argent, il faut au préalable mettre en lumière les endroits où l’on risque d’en perdre. En effet, déjà en 1940, les journaux étaient truffés d’annonces destinées à tromper les plus crédules. Il explique avec une lucidité et une logique déconcertante, comment les démasquer et les éviter. Sa logique de l’époque est on ne peut plus actuelle avec internet et les offres du même genre que l’on peut y trouver. Si vous tapez dans votre moteur de recherche préféré, une phrase « bateau » de type « travail à domicile » ou « comment gagner plus d’argent », vous serez face à une quantité inimaginable d’offres. Si Kardan vivait encore aujourd’hui, je pense qu’il tiendrait exactement les mêmes propos qu’à son époque et il vous mettrait en garde contre la grande majorité de ces offres. Aussi attrayantes qu’elles puissent paraître, ces offres n’ont comme objectif que de vous attirer dans un piège et vous soutirer de l’argent. Il en existe certes quelques-unes honnêtes. Il passe en revue différentes annonces et explique, pour chacune d’elle, pourquoi elle ne peut vous amener vers votre indépendance financière.Il évoque aussi que toutes les affaires, quelle qu’elles soient, sont toutes aussi honorables les unes que les autres. Un bureau de comptabilité – fiscalité n’est certainement pas plus honorable qu’une entreprise de nettoyage.

2) Deuxième partie:

Dans cette seconde partie, il passe en revue une cinquantaine d’idées d’affaires qui sont potentiellement rentables pour autant qu’on suive ses recommandations. Chacune de ces idées est détaillée. Il explique le business model utilisé, les étapes à suivre. Un point commun à toutes ces affaires est mis en évidence. D’après Kardan, la publicité est le vecteur le plus important dans la réussite des affaires. 70 ans après la diffusion de la première édition de ce livre, certains business model qu’il évoquait à l’époque on été exploités et sont devenues d’importantes sociétés. Certaines ont même été adaptées pour fonctionner sur Internet (Ebay est en réalité une application internet d’une de idées évoquée). Kardan était vraiment un visionnaire. Je suis sûr que même aujourd’hui, certaines de ces affaires pourraient encore être lancées avec succès. D’autres sont il est vrai quelque peu dépassées aujourd’hui.

3) Troisième partie:

Dans la troisième partie, il détaille ce qu’est la vente par correspondance qui était en réalité son cheval de bataille. Il passe en revue ce que l’on peut vendre par correspondance, comment fabriquer ou se procurer les articles à vendre, comment créer son entreprise. Ensuite il énumère une soixantaine d’articles différents à haut potentiel pour être vendus par correspondance. Il donne ensuite quelques judicieux conseils comme l’implication totale que l’on doit avoir, la persévérance, l’enthousiasme, la confiance, l’investissement personnel, le recul, le service au client, la discrétion, etc… Chacun de ces conseils est commenté, détaillé. De la façon dont il amène les choses, tout cela paraît tellement évident.

4) Quatrième partie:

La quatrième et dernière partie est un cours abrégé de publicité en 12 leçons. Celui-ci représente quand même 40% du livre. Ce cours est très pragmatique. Il explique que la publicité est un véritable métier qui s’apprend même si parfois cela peut paraître simple pour certain. Le seul baromètre d’une bonne publicité est en réalité le nombre de ventes qu’elle permet d’engranger. Aussi belle ou aussi bien écrite qu’elle puisse être, si elle ne vend pas, c’est une mauvaise publicité. Il explique d’abord comment concevoir des annonces, courtes et percutantes qui paient. Comment les concevoir, les illustrer, les positionner dans les journaux ou magasines en fonction des lois élémentaires de la vision. D’après lui, il faut réunir 3 éléments clés: attirer l’attention, retenir l’attention et déclencher une décision favorable (passer commande). Il détaille longuement avec l’aide d’exemples concrets comment il faut s’y prendre. Après avoir conçu et publié vos annonces dans la presse, il insiste sur l’importance d’effectuer des contrôles. Il est indispensable de savoir quelles annonces ont fonctionnées, quel est leur rendement, de quel magasine ou journal sont issues les demandes d’informations ou commandes.

Il consacre deux leçons sur les publicités dans la presse belge et la presse française.

Après la conceptions de petites annonces, il explique comment concevoir des publicités imprimées, comment les rédiger, les mettre sous enveloppe, etc…
Vient ensuite ce que les américains appellent le « follow-up system », c’est à dire, le suivi, les relances. Quand les faire, à partir de quand, avec quelle périodicité et surtout comment s’organiser, en interne pour ne pas s’y perdre. Il termine ensuite par la correspondance avec la clientèle.

Voici un résumé graphique du livre

Naviguez avec votre souris, cliquez sur les intitulés que vous voulez voir développés, déplacez l’organigramme en maintenant le bouton gauche de votre souris et déplacez dans le sens désiré. Utilisez la roulette de la souris pour modifier la taille des caractères.

JavaScript or Flash plugin need to be activated in your browser.


Ambitions de ce blog

Bonjour,

Je m’appelle Dimitri Lekien et je m’intéresse depuis peu au copywriting. A travers mes activités diverses sur Internet, je me suis rendu compte de l’importance du Copywriting pour vendre sur Internet.

Grâce à Christian Godefroy, l’un des meilleurs copywriter francophone encore actif, j’ai découvert l’existence de C.A. Kardan. Il était belge (comme moi 😉 ) et je me suis mis immédiatement à la recherche de ses livres.

Comme vous pouvez le lire dans sa Biographie, Kardan était réellement avant-gardiste dans le domaine de la vente par correspondance et du copywriting. Il a beaucoup expérimenté et innové.

L’entièreté de son œuvre s’étale de 1939 à 1971.

Ses livres sont aujourd’hui quasi introuvables et extrêmement recherchés par les connaisseurs.

Tous les principes qu’il enseigne dans son cours pratique et complet  de publicité directe et de vente par correspondance s’appliquent aujourd’hui à merveille sur Internet.

En effet, la psychologie de la vente et l’écriture de textes accrocheurs qui déclenchent réellement un désir d’achat chez les lecteurs n’a pas pris une ride.

A travers ce bloc, je vais entamer la lecture complète et chronologique de son œuvre.
Je tenterai de partager avec vous, jour après jours, livre après livre, le contenu de mes lectures.

En espérant que vous en profiterez autant que moi 😉

Dimitri

Publié dans Kardan par Dimitri Lekien. Aucun Commentaire